Grand week – end de ski de randonnée du 10 au 12 mai 2018

En préambule un texte d'Allen (participant) : Pélerinage en Haute Maurienne       acrobat reader 30x30

Nous avions prévu quatre jours de ski de randonnée pour le pont de l’Ascension autour des refuges Prariond et Bénevolo en Haute Tarentaise, mais quelques jours avant le départ, la météo restait bien pessimiste. Cependant, une fenêtre de beau temps s’annonce pour le vendredi 11, donc on part le jeudi, pleins d’espoir pour le lendemain : pluie battante sur l’autoroute, puis petite pluie fine pour monter au refuge du Prariond tempèrent un peu nos espoirs …

Le lendemain matin, plus de précipitations, même si plusieurs sommets sont encore sous les nuages.
On tente l’ascension de la Grande Aiguille Rousse (3482 m) : on part tôt, mais malgré cela, le regel a été insuffisant sur les premières pentes.

On prend pied sur le glacier des Sources de l’Isère sous le soleil.

Au fond, nous apercevons le col situé entre la Grande et la Petite Aiguille Rousse.Après une dernière montée bien raide, on atteint ce col (3368 m) dans les nuages. La Grande Aiguille Rousse est alors très proche, mais la visibilité quasi nulle nous fait renoncer à 100 m du sommet.
La descente vers le refuge du Prariond se déroule ensuite sur une petite couche de poudreuse tombée dans la nuit, puis sur une neige de plus en plus lourde, suite au faible regel de la nuit.

La météo annoncée pour le lendemain est moyenne, mais finalement elle va être bien meilleure que prévue.


Dès la première montée derrière le refuge, on se rend compte que le regel a été bien meilleur que la veille.

Après une dernière montée bien raide, on atteint ce col (3368 m) dans les nuages. La Grande Aiguille Rousse est alors très proche, mais la visibilité quasi nulle nous fait renoncer à 100 m du sommet.

La descente vers le refuge du Prariond se déroule ensuite sur une petite couche de poudreuse tombée dans la nuit, puis sur une neige de plus en plus lourde, suite au faible regel de la nuit.

On atteint, puis on remonte le glacier de Bassagne.


On entre dans les nuages pour les derniers mètres de l’ascension, et on arrive enfin au grand cairn sommital de la Pointe de la Galise (3343 m), sommet frontière entre la France et l’Italie.

La neige est dure mais bien skiable sur le haut du glacier, puis c’est une vraie moquette pour le plus grand plaisir des participants : même le passage raide à 35° est skié facilement.

On arrive enfin sur le plat du Prariond, encore très enneigé, et sur lequel les marmottes cherchent désespérément à manger …

On retourne aux voitures à Val d’Isère par les gorges du Malpasset, dans lesquelles coule l’Isère … mais encore sous plusieurs mètres de neige !

Les participants : Allen, Catherine, Cédric, Dominique, Dominique (deuxième), Michel et Pierre.

 

 

 

 

Dimanche 6 mai 2018

Partis à 14 du bord du lac de Saint Point pour une rando de 2h mais ....

nous allongeons le circuit....conclusion: 10mn de retard pour la visite.....qu'à cela ne tienne , nous repartirons pour 3h de marche et cette fois serons à l'heure pour la visite de 15h

Nous ne regrettons pas car nous découvrons l'homme poliitique et visionnaire que sera Lamartine, pas seulement l'écrivain et poète

Tout le monde veut se repencher sur sa littérarature....tiendrons-nous promesse !! en attendant, nous terminerons cette belle journée à la buvette du bord du lac.

Dimanche 29 avril 2018

La difficulté ne fut pas l'ascension des trois dents mais le fort vent qui soufflait par rafales et nous déstabilisait .....Philpippe a mis en images cette journée...Bernard et Hélène s'en souviendront ! voir le lien      https://bit.ly/2wfSYk3

 

Week End 21 et 22 avril 2018

Départ de Lyon très tôt ce samedi 21 avril car les températures sont très élevées en cette fin de mois d’avril. On démarre à 8h 15’ de Val d’Isère du parking du Chatelard à 1880 m, on remonte le vallon de la Calabourdane jusqu’au Manchet, puis on rejoint le refuge du Fond des Fours.


On remonte le vallon des Fours, bien plat !


On arrive au pied de la Pointe de Mean Martin.

Après avoir franchi un petit col à 3020 m, on redescend dans une neige un peu ramollie vers le refuge

 

de la Femma, où un mignon petit chalet nous est attribué pour la nuit.


Le lendemain, lever matinal pour profiter du bon regel et monter, d’abord par des pentes douces, puis plus redressées, vers la Pointe de la Sana (3436 m).

En vue du sommet.

 

 

 

Puis descente dans une neige transformée sur le Col des Barmes de l’Ours


Descente grand large ensuite sur le glacier des Barmes de l’Ours.

 

Et final dans les gorges du Charvet avant de rejoindre Val d’Isère.

Les participants : Alexis, Cécile, Christophe, Thierry, Tristan, Michèle, Olivier et Michel

 

  Du 19 au 24 mars 2018

Au départ, c’était un raid … Un groupe de 9 skieurs de randonnée de l’Ouest lyonnais part pour le tour du Viso, du 19 au 24 mars.


Lundi 19 mars : Pic Traversier
On laisse les voitures au Pont de Lariane, au – dessus de Molines en Queyras.
Très beau temps. On monte d’abord au Col de Longet, puis au Pic Traversier (2882 m

 

Au sommet, un problème technique empêche Jacques de rechausser ses skis pour la descente, mais un demi – heure de bricolage résout le problème !

 

Belle descente jusqu’au – dessous de la Chapelle de Clausis, puis on remonte tranquillement jusqu’au Refuge de la Blanche (2500 m).


Mardi 20 mars : Grand tour de la Tête des Toillies
La veille au soir, le gardien du refuge Bagnour (en Italie) nous a déconseillé de monter à son refuge à cause des accumulations de neige en altitude. On doit donc abandonner l’idée de ce tour du Viso.
Sur les conseils de la gardienne du refuge de la Blanche, on décide de réaliser un grand tour de ce beau sommet qu’est la Tête des Toillies, en franchissant cinq cols, en passant deux fois en Italie et en

 

changeant deux fois de département … Vaste programme !

On rejoint d'abord le Col de Chamoussière (2884 m), puis le Pic de Caramantran (3025 m).
Du pic, on plonge plein sud côté italien jusqu'à environ 2740 m, où l'on repeaute.
On monte alors plein ouest au Col de Saint Véran, puis on suit l'arête reliant le col à Rocca Bianca jusqu'à 2940 m.

On peut alors descendre le beau vallon du Blanchet jusqu'au lac Inférieur (2746 m).
On repeaute alors pour rejoindre le col Blanchet (2897 m) par une courte montée facile.
Du col, on plonge plein sud côté italien pour passer près du col de Longet. On se dirige alors plein Ouest puis Nord après le ravin de la Noire pour rejoindre le Col de la Noire (2955 m).
On regagne le refuge de la Blanche par de belles pentes Nord gavées de poudreuse.
Journée bien remplie, mais bien usante pour les organismes !

 

Mercredi 21 mars : Le Bois des Amoureux

Au lever, il neige et il y a beaucoup de vent. On décide de descendre sur Saint Véran, puis de regagner les voitures au Pont de Lariane par le Bois des Amoureux. Descente longue jusqu’à Saint Véran, puis bonne séance de skating pour remonter la piste de ski de fond jusqu’aux voitures.

Nous voici revenus dans la vallée et nous nous installons pour deux nuits au gîte des Astragales, à Ville-Vielle.

 

Jeudi 22 mars : Sommet de la Querlaye


Le beau temps est de retour. Nous partons d’Abriès pour le Sommet de la Querlaye (2868 m). Montée par la forêt de Marassan, puis par les Prés de la Lauze. Grosse poudreuse qui nous oblige à tracer dès la sortie de la forêt.

 

Le sommet est protégé par une belle corniche que nous devons contourner.

 

Descente très facile dans les mélèzes grâce à la quantité de neige accumulée.

 

Vendredi 23 mars : Tour du Pic du Jaillon


Le temps est toujours au beau fixe.
Nous partons de Brunissard vers les Chalets de Clapeyto, puis nous gravissons le Col de la Rousse (2515 m).

 

On redescend ensuite au Lac Lauzon, où nous remettons les peaux.

Une montée sous un chaud soleil nous conduit au Col de Combe Laboye (2563 m).

 


De là, belle descente (encore en poudreuse !) par le ravin de Clapouse jusqu’à Arvieux.

 

Samedi 24 mars : L’Eypiol

Pour la dernière nuit, nous sommes installés au gîte du Cassu, au Roux d’Abriès : joli cadre, bons plats, boissons et chansons sont au programme de la dernière soirée.


Le mauvais temps devant arriver dans la journée, nous choisissons une course courte au départ du gîte : l’Eypiol (2550 m).

 

Nous passons d’abord au hameau de Valpréveyre, puis sous la conduite de Cédric, nous montons par le Bois de l’Issartin jusqu’à l’Eypiol : au sommet, nous touchons presque les nuages qui arrivent de l’Italie.

 

Encore une belle descente dans les mélèzes pour terminer ce séjour qui a eu le nom de raid pendant deux jours.

 

Les participants : Bruno, Patrick, Jacques, Christine, Jean-Luc, Cédric, Michel, Christophe et Catherine.